15/11/2007

Brave Fernand !


Il fut un temps où le tram 90 quittait la route de Charleroi, traversait la rue des Boulois, rejoignait le rue du Carnois, retrouvait la route de Charleroi par la rue Verte et descendait la rue de Fontaine pour se diriger vers Ressaix.
C’est à cette époque, somme toute pas si lointaine, où les transports en commun étaient le seul moyen, à l’exception de la marche, de se déplacer pour la grande majorité de la population, que se situe ce fait divers cocasse.
En janvier 1930, le Bourgmestre de Leval de l’époque, Mr François Leroy se trouvait « sur le pas de sa porte », rue du Carnois, où se situait un arrêt du tram.
C’était encore le temps béni où un garde des chemins de fer vicinaux accompagnait le conducteur. Il était chargé à la fois d’encaisser le prix des billets et entre deux arrêts, d’assurer un minimum de discipline parmi les voyageurs.
Ce 7 janvier, le garde, manifestement débordé, vint trouver le maïeur pour le prier de l’aider à expulser de son tram, une dame, dont nous tairons le nom, qui invectivait les autres voyageurs.
Elle finit par descendre, non, sans doute, sans résistance, pour le moins verbale. Mr Leroy tenta de la calmer et lui déclina sa qualité de 1er magistrat de la commune.
Peine perdue. Non seulement, elle exigea qu’il prouva qu’il était bien ce qu’il affirmait mais se « répandit en termes et gestes analogues" qui avaient provoqué son expulsion du tram.
Il faut ajouter , comme on l’écrivait pudiquement à l’époque, qu’elle était « sous l’influence de la boisson ».
Quelle aubaine pour les riverains! Un attroupement encombra bientôt la rue du Carnois. Dame, les distractions étaient rares et personne n’aurait voulu manquer un tel spectacle. On en parlerait encore longtemps dans les chaumières !
En désespoir de cause, le maïeur alla quérir Fernand Bertrand, l’agent de police, qui la ramena chez elle.
Le 24 du même mois, notre bourgmestre se trouvait encore devant chez lui quand le tram marqua l’arrêt. Je vous l’ai dit, les distractions étaient rares. La même dame se trouvait dans le 90 ! Dès qu’elle l’aperçut, elle recommença à l’invectiver ! Furax, François Leroy déposa plainte.
Interpellée, de nouveau dans un état d’ébriété avancée, par le même agent, elle échappa à l’amigo parce qu’elle affirma être enceinte de 5 mois.
L’histoire ne dit pas si la perspective de passer un certain temps au « trou » calma l’irascible voyageuse ou si notre maïeur perdit l’habitude de regarder passer les trams.


tram


Merci à Philippe Longfils, fils de Wattman, de nous avoir procuré la photo.

<PhilBR>

12:39 Écrit par Patrice Lambert dans Général | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : faits divers |  Facebook |

Commentaires

pourquoi ne pas avoir mis un tram d'époque ? Et plus est un de la SNCV ?

Écrit par : Phil | 15/11/2007

Répondre à ce commentaire

Tiens, j'ai oublié un "qui" !

je t'envoie un tram SNCV de 1930

Écrit par : Phil | 15/11/2007

Répondre à ce commentaire

Parce que je savais pas quel type de tram était utilisé à l'époque. Je suis né en 1957 !
Je suis allé sur Internet voir quel tram belge roulait à cette époque et j'ai choisi celui-là parce qu'il était joli.
J'ai rectifié en faisant confiance au spécialiste que tu es.
Continue comme ça et tu vas te retrouver dans la colonne de droite avec les 4 autres zigs !

Écrit par : Patrice | 15/11/2007

Répondre à ce commentaire

Mon père était Chef de mouvement et dirigeait les dépôt de La Louvière et Anderlues ...

Écrit par : Phil | 21/11/2007

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.