21/11/2007

Bon Dieu, mais c'est bien sûr !


Dans la nuit du 4 au 5 décembre 1969, un émule d'Arsène Lupin a réussi un exploit peu banal.
A la rue des Boulois ont été dérobés:


- 2 rouleaux de linoleum de 2,20 m. de hauteur contenant plus ou moins 20 mètres carrés. Pour en avoir coltiné un nombre certain, je peux vous assurer que c'était lourd, encombrant et glissant.
- 16 à 20 rouleaux de papier peint. A cette époque, ils n'étaient pas entourés d'un film plastique et avaient donc une fâcheuse tendance à se dérouler.
- 1 rouleau de papier paille.
- 1 truelle de maçon tout à fait neuve à manche rouge.
- 1 filière pour tuyaux à eau galvanisé de 1/2 pouce.
- 1 canif couteau à lame interchangeable pour découper du lino et du balatum.
- 1 couteau de boucher à manche noir avec œillets en cuivre jaune, lame de 25 à 30 cm.


Jusque là, rien que de très banal.
Mais la victime, sans doute inconditionnelle du feuilleton télévisé "Les 5 dernières minutes" et du commissaire Bourrel, a mené son enquête !
Elle a trouvé par où le malfaiteur s'était introduit; par la fenêtre de la cuisine dont la partie supérieure du bas du chassis (?) était garnie de plastic (sic), temporairement. Cela est déjà assez (d)étonnant !
Des traces d'herbe foulée indiquent que le monte en l'air venait de la direction de la rue des Moulins et que les rouleaux ont été traînés vers cette même rue. C'est logique.
Hélas, une autre traînée se dirige vers le carrefour formé par la jonction des rues des Moulins et de l'Agace. Cela se corse. Y aurait-il plusieurs voleurs ?
Notre détective a pu constater des traces de pas dans la poussière à l'intérieur du bâtiment et près de la fenêtre de la cuisine. Il s'agit notamment d'un talon de chaussure en caoutchouc avec des clous. Et il a bien retenu les leçons du célèbre commissaire télévisé: tout a été laissé en l'état. D'ailleurs les empreintes sont toujours visibles.
Poussant ses investigations un peu plus loin, notre limier a pu relever des traces de roues assez fraîches dans la rue des Moulins. Il a était jusqu'à découper 2 plaquettes de terre contenant les empreintes uniques de deux roues de.... vélomoteur. Et notre cambriolé est certain, c'est l'oeuvre d'un seul homme !
Transporter tout ce matériel, seul et en une fois sur un vélomoteur, qui devait être particulièrement solide: bravo l'artiste.


Souplex


A gauche, l'inspecteur Dupuy (Jean Daurand) et à droite, le Commissaire Bourrel (Raymond Souplex), héros de la série télévisée "les 5 dernières minutes"

13:00 Écrit par Patrice Lambert dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : faits divers |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.