27/10/2008

M'enfin ! Qui a fait décoller la fusée ?

Gaston (05)

 

Cette gaffe, la 418ème, parue dans l'album n°6 "Des Gaffes et des Dégâts" (1977) a-t-elle été inspirée à André Franquin par un fait-divers qui s'est déroulé à Leval ? Allez savoir !

Toujours est-il que le 27 février 1973, l'admnistration communale écrit à la compagnie d'assurances 3La Prévoyance Sociale", rue Royale, 151 à 1030 Bruxelles, la lettre suivante:

"Monsieur le Directeur,


Nous sommes au regret de devoir porter à votre connaissance que des dégâts assez considérables ont été occasionnés à deux plafonds de notre Maison communale, suite à un débordement d'eau provenant du vase d'expansion de l'installation du chauffage central, placé au grenier;

Pouvez-nous vous prier de bien vouloir envisager l'intervention de votre Compagnie, dans ce sinistre ?"

Malheureusement nous n'avons pu découvrir qui, à Leval, avait fait décoller la fusée ! 

00:27 Écrit par Patrice Lambert dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : evenements |  Facebook |

24/10/2008

Les festivités et kermesses de Leval en 1973

Carnaval: 18 & 19 mars

Kermesse Saint-Pierre: du 22 au 26 juin

 

avec la participation des riverains suivants:

THIEBAUT Serge: carrousel enfantin

SCHEIRLINCKX Octave: jeu

BERNARD Georges: oisellerie

FILLIEUX Noël: pique ballons et fume à l'oeil

DRAPS Amélie: jeu de pêche

DESMET Georges: friture

Noël Victor: tir à pipes

BARBIER Jacques: jeu de boîtes et de pêches

HEYBLOM Étienne: loterie

SLAVERIO Bruno: tir à pipes

DAUBIE Arthur: friture

HOCKMULLER: autos-scooter

VANDENBOSCH Jules: jeux automatiques

GADOWSKI Edmond: jeu d'anneaux

Noël René: Circuit des neiges et hippodrome

 

Braderie Leval Saint-Pierre: du 30 juin au 2 juillet

Kermesse de "L'Avarelesse" (rue d'Haine): du 4 au 6 août

Kermesse du Centre: du 18 au 21 août

Kermesse Quartier de Cronfestu: 15 août

Kermesse Saint-Martin: du 10 au 12 novembre

Kermesse Quartier du Carnois: du 12 au 14 mai

Kermesse Quartier du Bois du Roi: du 15 au 17 septembre

Kermesse Quartier de la rue Jean Jaurès: date à déterminer

Kermesse Quartier de la rue Emile Vandervelde: 13 octobre. Organisée par la société de gilles " Les Réguénères". Président Marcel Bonini.

 

Source: Archives de la Commune de Leval-Trahegnies - Correspondance 1973 - Lettre à la SABAM, route de Mons, 156 à 7131 Waudrez du 23 janvier 1973

Nous ne possédons malheureusement que peu de photos (sauf des carnavals) de ces différentes festivités. Si vous en possédez, nous serions heureux de pouvoir les scanner.

Merci.

 

Feu d'artifice

 

23:24 Écrit par Patrice Lambert dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : festivites |  Facebook |

11/10/2008

Le parachute des mines

"Originaire de La Machine, ville minière de la Nièvre, J.-B. Machecourt (1803-1865) s'intéresse vivement, dès son plus jeune âge, aux divers travaux miniers lorsqu'il va, avec son père, visiter les chantiers d'extraction.

Devenu ingénieur breveté de l'Ecole des Mines de Saint-Etienne, il est au cours de l'inspection d'un puits, le témoin impuissant et bouleversé d'un terrible accident causé par la rupture soudaine d'un câble soutenant une cage de mineurs où beaucoup trouvent une mort atroce.

C'est ainsi qu'en janvier 1845, après bien des recherches, J.-B. Machecourt fait procéder au premier essai d'un appareil qu'il vient d'inventer permettant l'arrêt immédiat de la cage après la rupture d'un câble: le parachute des mines.

Ce souci constant qu'avait Machecourt, à travers ses nombreuses inventions, d'améliorer les conditions de travail et de sécurité des mineurs, fut bien mal payé de retour: Pierre-Joseph Fontaine, chef d'atelier aux mines d'Anzin tirant parti de ce que Machecourt n'avait pas voulu faire breveter son invention en 1945, revendique, en 1851, la paternité de celle-ci.

De plus, le nom même de J.-B. Machecourt est totalement ignoré des dictionnaires [et d'Internet, NDLR].

Il n'est guère que "L'Almanach de la Nièvre" de 1865 relatant que le 13 octobre 1864 "grâce à l'heureuse invention due à M. Machecourt, onze mineurs échappèrent à une mort certaine (...) et en sont quittes pour une légère secousse", qui fasse preuve de gratitude à l'égard de ce modeste ingénieur dont l'invention sauva pourtant des milliers de mineurs dans le monde entier"

Jean-Paul CANDAS in Historia n° 279 - Février 1970 - p. 16

Je n'ai trouvé aucun renseignement ni sur Machecourt, ni sur Fontaine, ni sur cet appareil qui du pourtant être utilisé aussi chez nous.

Qui peut m'en dire plus ?

21:57 Écrit par Patrice Lambert dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Vieillerie ou vièz'rîye ?

Le dictionnaire Littré définit le mot "vieillerie" en ces termes:

1° Vieilles hardes, vieux meubles

2° Fig. et familièrement: idées rebattues, conceptions usées

Le Larousse et le Robert en donnent une définition similaire.

Le Wallon de nos régions, du moins celui qui parle encore sa langue maternelle, le traduit en "viez'rîye".

Propos de gens incultes ? Que nenni. Survivance du passé !

Ainsi à Arras (Pas-de-Calais) il existe toujours une rue des Grands-Vieziers. "Au Moyen-Age, les vieziers ou marchands de "vieux" jouaient un rôle assez important. Ils rachetaient les vêtements usagés, les réparaient et les revendaient. Ce commerce était assez important pour que ceux qui s'y livraient forment une corporation et ussent rang marqué dans les cérémonies.

arras

Arras

Les vieziers se divisaient eux-mêmes souvent en deux confréries: les grands vieziers, qui avaient boutique ouverte suffisamment approvisionnée et coffre-fort bien garni, et les petits vieziers dont la clientèle moins brillante se composait de gens de la campagne. Il existe d'ailleurs à Arras une rue des Petits-Vieziers, comme il se doit, beaucoup plus petite et étroite que celle des Grands-Vieziers."

Françoise VIOT in Historia n°279 - Février 1970 - p.12

 

19:04 Écrit par Patrice Lambert dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : ethymologie |  Facebook |

07/10/2008

1976: Leval-Trahegnies est jumelée avec Jullié en Beaujolais

Cet article est extrait du n°6 du "Par Mont et par Vaux" - 2ème trimestre 2003

 

1976, la dernière année du maïorat de Mr Jean Hesbois, dernier bourgmestre de Leval-Trahegnies, mais aussi l'année du jumelage de notre localité avec une petite commune du Beaujolais:

Jullié

Dsc00165 (02)



Jullié se trouve à 4 km de Julienas, au sud de Mâcon, dans le département du Rhône. C'est un village d'environ 400 habitants entouré de 250 ha de vignes. Le vignoble s'étend jusqu'au niveau du bourg et est couronné de bois et de landes.

Historique du jumelage

L'idée du jumelage est née après la Deuxième Guerre mondiale lorsqu'il est apparu que le seul moyen de progresser était de coopérer étroitement avec ses voisins. L'objectif initial consistait, pour des villes de différents pays européens, à échanger des expériences dans tous les niveaux de la vie locale.

Orléans et Dundee en 1946, Montbéliard et Ludwgsburg en 1950 furent parmi les premières villes européennes à signer un "Serment de Jumelage".

Près de 13.000 communes dans les 15 pays membres de l'Union européenne, en Suisse et dans les pays d'Europe centrale et orientale, sont aujourd'hui actives dans le mouvement des jumelages.

Qu'est-ce qu'un jumelage ?

Le mot "jumelage" n'a aucune définition juridique. C'est en fait un contrat moral entre deux collectivités avec un objectif politique précis: l'Europe des citoyens.

Pourquoi Jullié ?

Il semblerait que Messieurs Jean Hesbois, notre maïeur, et Marcel Descombes, leur maire, auraient sympathisé lors d'une visite en Beaujolais de notre édile. Et l'idée d'étendre leur relation amicale germa...

cerem_leval16 (02)


De gauche, Mr Paul Jonnart, échevin, Mr Marcel Descombes avec les armes de Leval-Trahegnies, not' maïeur, Mr Jean Hesbois avec celle de Jullié et Mr Léopold Brancart, échevin.

Les cérémonies officielles

Le carnaval de 1976 a donc vu le débarquement des Julliatons, avec à leur tête, Mr Marcel Descombes, précité.

Cérémonies à la maison communale, aux monuments aux morts, fleurs, cadeaux et logement chez l'habitant pour créer des liens entre les villageois de nos deux communes.

Le dimanche, le cortège carnavalesque futé précédé de la gendarmerie à cheval ! Comme à Binche !

02 - Carnaval 1976 avec les Julliatons (04) - compressé

Les invités sont demandés et reçus partout. La journée et la nuit furent très troublées par les Français mâles. La bière a coulé à flots dans les gosiers !

Plusieurs estomacs habitués au vin se retournés et révulsés en accueillant une telle quantité de diverses bières belges.

La réciprocité nous fut offerte après les vendanges de cette même année. Le Collège échevinal s'y rendit en nombre, accompagné par quelques Levallois.

Composition du Collège échevinal de 1976

Mr Jean Hesbois, bourgmestre; Mme Antoinette Stoop-Beautrix, Mr Roger Jonnart, Mr Léopold Brancart.

1977 a vu un tout autre jumelage pour Leval-Trahegnies; la fusion avec Binche. Et cette nouvelle ville, de plus de 30.000 habitants n'était plus en adéquation avec ce petit noyau familial qu'est Jullié.

Aussi les relations officielles avec le Beaujolais se sont éteintes, mais des liens avaient quand même eu le temps de se nouer. J'en ai pour preuve que des contacts perdurent encore de nos jours entre de rares familles ( trois à ma connaissance). Il est vrai que de nombreux témoins de l'époque ne sont plus parmi nous.

Nous sommes allés à Jullié

A la recherche de la charte du jumelage (elle a disparu des archives de Leval-Trahegnies ! [Depuis nous l'avons retrouvée, NDLR]), nous sommes allés à la mairie de Jullié. Cordialité fut le maître mot de notre rencontre avec le maire actuel, Mr Laplace. Mais là aussi, point de chartre [ils ne l'ont toujours pas retrouvée, NDLR]. Des recherches sont effectées dans leurs archives...

Mr Descombes étant décédé, nous avons contacté son fils et quelques autres acteurs du jumelage.

DSC00193 (02)

Joëlle et Gérard Descombes

Les Julliétons ne nous ont pas oubliés et nous ont même prié de vous saluer et plus spécialement les familles Brancart et Hulin.

Pour sceller le jumelage, le 23 octobre 1976, Mr Descombes a offert la moitié de sa cravate à Mr Hesbois, et ce dernier son noeud papillon. Ces pièces sont conservées avec soin à Jullié par Mr Et Mme Hotton. cet échange a eu lieu la veille du départ de Jullié de la délégation levalloise. Un souper, très arrosé, a réuni tous les participants. La bonne humeur et l'esprit bon enfant étaient de rigueur. Des jeux étaient organisés: "cul sec" avec la boisson locale de l'autre notamment... Ceci explique sans doute cela.

En conclusion nous pouvons dire que le jumelage de 1976 a réussi puisque nous n'avons pas été oublié. Les Julliatons que nous avons rencontrés (dont Monsieur le Maire) se montrent favorables à l'idée de renouer avec Leval-Trahegnies par le biais de notre Cercle d'Histoire.

Activités Chlem - Leval - Fête Sainte-Catherine 2004 - Plaque Jullié (02)

 

gene

Geneviève D'Hert

22:26 Écrit par Patrice Lambert dans Général | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : jumelage |  Facebook |