07/01/2010

Il faisait froid en ce début d'année 1830

Un bulletin météorologique est aujourd'hui chose banale. Les prévisions du temps sont, sans doute, les informations les plus suivies, ne fût-ce que pour avoir un sujet de conversation. Nous les écoutons à la radio, nous les regardons à la télévision, nous les lisons dans le journal ou sur internet. Et, la plupart du temps, nous ne savons toujours pas quels vêtements seraient adéquats ! 

A défaut de pouvoir prévoir infailliblement les conditions météo à plus de 48 heures, et encore, l'Institut Royal Météorologique (IRM) sait, depuis 1833, grâce à la consignation des observations, quel temps il a fait. C'est déjà ça. 

Pour connaître quelles conditions atmosphériques régnaient sur nos régions avant cette date, nous en sommes réduits à collecter les renseignements aux sources les plus diverses: correspondances, mémoires, récits de batailles, documents administratifs, etc. 

les_previsions meteorologiques

Pour le mois de janvier 1830, un rappel du 4 janvier du Gouverneur de la province du Hainaut, F. de Macar, aux administrations des villes et communes, nous informe que, chez nous, le gel était généralisé mais qu'il était suffisamment prononcé que pour figer les eaux même courantes.

Jugez-en.

"(...) je crois devoir appeler votre attention sur les mesures à prendre pour faciliter, lors du dégel, l'écoulement des eaux: il faut avoir soin, au moment même où il se manifestera, de faire ouvrir toutes les issues quelconques pour que le cours des eaux n'éprouve aucune entrave, il faut par conséquent veiller avec soin à ce que l'ouverture des barrages et des vannes de moulins ait lieu successivement et avant même que les eaux se soient accrues sur le lit des rivières; on doit attendre de l'exécution régulière de cette mesure les plus heureux résultats. Veuillez donc (...) exercer la plus stricte surveillance sur cette partie importante de la police, car on ne peut se dissimuler que la moindre négligence ou le moindre retard peuvent occasionner de grands dommages."

Si Leval et Mont-Sainte-Aldegonde n'étaient guère concernés par ce rappel, Epinois, par contre, avec son moulin à eau situé dans l'actuelle rue de Belle-Vau, était sous la menace constante d'une crue. D'autant que son bief, qui a accueilli autrefois le "Luna-Park", le "Nénuphar", le "Miroir" et plus récemment le "Brasero", est de belle taille. 

16:19 Écrit par Patrice Lambert dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : meteo ancienne |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.