04/11/2007

Voilà pourquoi la voie Magdeleine a été baptisée "rue du Plat-fossé"


Voici copie d'une lettre émanant du service de l'état-civil - population de Leval-Trahegnies du 15 juillet 1957 à


"Messieurs les Bourgmestre et Echevins de et à Leval-Trahegnies"


Messieurs,


Certaines difficultés intervenant dans le numérotage des maisons situées dans le fond du Luteau, aux environs du plat-fossé, il y aurait lieu de remédier à cet inconvénient. En effet, certaines maisons portent les mêmes numéros dans le fond qu'à la rue C. Brédas. En outre ces numéros sont repris également à la rue Madeleine (Ex: les n°51 et 53).
Plusieurs solutions peuvent être apportées à ce problème, mais certaines possèdent des inconvénients. En partant de la demeure du docteur Boulvin jusqu'à l'arrêt du tram, le cadastre renseigne : "voie Magdeleine". Nous ne pouvons appeler réellement le tronçon partant du Dr Boulvin et aboutissant à la rue Madeleine actuelle, du même nom car nous trouverions encore les doubles emplois dans le numérotage des immeubles.
Un (sic) autre solution pourrait être envisagée serait de prolonger la rue Trigallez jusque la voie "Magdeleine" renseignée au cadastre. Dans ce cas, il faudrait changer tous les numéros en partant de la maison Delhaye comme n°1, ce qui est très difficile.
D'autre part, on commence à construire dans ce tronçon qui relie la rue C. Brédas à la rue Madeleine. La meilleure solution ne serait-elle pas de donner un nom à ce tronçon ? Par le fait que le ruisseau dénommé "Plat-fossé" traverse ce chemin on pourrait l'appeler chemin ou rue du plat-fossé ou vous pourriez lui donner une dénomination qu'il vous plairait de décider. Par ce fait, on devrait placer des nouveaux numéros sur les quelques maisons qui s'y trouvent et par la suite, si de nouvelles constructions s'érigeraient, aucune difficulté ne pourrait avoir lieu.


J'espère, Messieurs, que vous voudrez bien examiner cette chose et vous prierai de me communiquer votre décision .


Formule de politesse et signature illisible (André ?)


Maison shapien - rue Cl. Brédas


La maison du Docteur Boulvin, une merveille d'art tournaisien


plat-fossé2


Un plan pour vous y retrouver

21:59 Écrit par Patrice Lambert dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : rue |  Facebook |

02/11/2007

Une des faces cachées de la Libération


"Pas de femmes. Cet air d'opérette (de Charles LECOCQ - Le petit duc - 1878 - NDLR) devint sous l'occupation un motif... de "verordnung" (prescription) et un prétexte à "verboten" (interdit).
Un jour, sans l'ombre d'une raison , Messieurs nos "protecteurs" décrétèrent "PAS DE FEMMES" en auto, et interdirent ce moyen de transport à nos compagnes.
On croyait évidemment que la Libération changerait tout ça. Il n'en fut rien. Le gouvernement, à moins que ce ne fût M. Lebureau de la 5ème colonne, ratifia bel et bien ce "verboten" et sanctionna cette "verordnung".
Pourquoi ? On se le demande en vain. Las, même avec un dessin, on ne voit pas très bien de quelle manière "le sexe du transporté peut influer sur la consommation du carburant du véhicule", comme on dirait en jargon officiel.
Passe encore si, comme en temps normal, Madame prenait sa voiture ou celle de son mari pour aller se promener sans but. Mais il faudrait , par le temps qui court, être frappé de déficience mentale pour se risquer à voyager quand rien ne vous y contraint. Au surplus, les permis de roulage ne sont distribués qu'au compte-gouttes et l'essence au compte-goutelettes.
Alors, à quoi rime ce manque de galanterie qui n'est qu'une vexation ridicule et anti-économique ?
Oui, anti-économique. Supposons, en effet, que Monsieur et Madame soient appelés à Bruxelles et que Monsieur y aille en auto. Comme la moindre voiture comporte au moins 4 places, Madame pourrait fort bien accompagner son mari sans léser personne, et cela ferait une place vide en moins dans l'auto. Mais comme cela lui est défendu, force lui est bien de recourir au chemin de fer ou à l'autobus, quand il y en a un. Et cela fait un peu plus d'encombrement dans les trains ou les bus, pour le plus grand dam de la collectivité qui s'y enfonce les côtes et s'y écrasent les orteils.
Or, dans le même temps, sur 10 voitures officielles qu'on rencontre, il y en a au moins 9 qu'éclaire un sourire féminin sinon plusieurs.
Tant mieux d'ailleurs, car, loin de critiquer cette aimable manifestation de galanterie, nous souhaitons qu'on l'étende à toutes les femmes et à tous les titulaires d'un permis de roulage, ne serait-ce que pour supprimer une vexation inutile imaginée par les Allemands."


Source: Gil BLAS in La Nouvelle Gazette du 15 mars 1945.


Leval - Gare 4


Pendant que Madame s'en allait, à Bruxelles, par le train...


traction


...Monsieur s'en allait, en voiture... à Dinant.
Tout s'explique !

23:13 Écrit par Patrice Lambert dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : seconde guerre mondiale, liberation, vie quotidienne |  Facebook |

30/10/2007

La population à Leval en 1957


Le 17 janvier 1958, la commune de Leval-Trahegnies écrit à Monsieur le Procureur du Roi à Charleroi pour l'informer du nombre d'habitants que compte la commune.


Le détail s'établit comme suit:


Population totale: 6.011 habitants


Nombre total d'étrangers: 573


Etrangers repris par nationalité


Luxembourgeois : 10
Allemands : 16
Tchécoslovaques : 5
Esthoniens (sic) : 4
Russes : 6
Hongrois : 13
Espagnols : 39
Anglais : 1
Apatrides : 3
Suisses : 1
Hollandais : 2
Polonais : 17
Français : 76
Italiens : 380


Sources: Archives de Leval-Trahegnies - Correspondance 1958-1959


Leval - MSA - Rue d'Haine et Charbonnage

23:47 Écrit par Patrice Lambert dans Général | Lien permanent | Commentaires (9) | Tags : population |  Facebook |